top of page

Visite "romantique" au Louvre... par Françoise Peyrard


Je suis ravie de vous partager un nouvel article de Françoise Peyrard, Conférencière en histoire de l’art à Rambouillet.


Dans cet article, nous allons partir à la découverte de La Victoire de Samothrace que l'on peut découvrir musée du Louvre en compagnie de Françoise Peyrard.


Bonne lecture,




Dans l'histoire de la peinture, ma préférence va à la peinture romantique.


Que ce soit le romantisme allemand, français, anglais, je voue une passion à ce courant. Je suis subjuguée par des peintres tels Caspar David Friedrich, Théodore Géricault et Eugène Delacroix pour ne citer qu'eux.

Quand je suis au musée du Louvre, je vais forcément admirer et m'asseoir un moment face à La mort de Sardanapale d'Eugène Delacroix.

Non seulement ce tableau est une fête pour l'œil mais c'est un chef-d'oeuvre de romantisme. Direction l'Orient.


Sardanapale est un prince assyrien du VII ème siècle. La coutume voulait que lorsqu’un palais était attaqué et qu’il n’y avait plus d’espoir, le sultan ordonnait la destruction du palais et la mort de tous ses proches sujets, ses femmes, ses esclaves, ses animaux et ensuite se donnait la mort.

Dans cette gigantesque toile, l'érotisme est à son comble avec ces femmes dénudées. Le peintre accentue la terreur, on ressent la souffrance.


Seul Sardanapale est serein. Il est à la fois spectateur et acteur.


L’orient irrationnel est recherché par les romantiques qui recherchent l’irrationnel !

E.Delacroix va choquer car il va trop loin dans l’horreur, on l’accuse d’avoir « dépasser les bornes de l’indépendance et de l’originalité ». Le mélange de volupté et de mort dérange fortement. Personne ne se portera acquéreur de cette toile. L’exposition de Sardanapale au salon de 1827 vaudra sept années d’isolement à E.Delacroix, il ne participera plus à un Salon durant cette période. Quand Eugène Delacroix rencontre Lord Byron... Je vous raconterai l'histoire de ces deux génies lors de ma visite-conférence au Musée du Louvre dédiée au romantisme. Je vous expliquerai ce courant qui a tant apporté à la peinture et qui a révolutionné le statut de l’artiste. E. Delacroix, La mort de Sardanapale, Huile sur toile, 1827, 392 x 496 cm, Musée du Louvre, Paris.



E. Delacroix, La mort de Sardanapale, Huile sur toile,

1827, 392 x 496 cm,

Musée du Louvre, Paris.











Si tu as des questions, je te laisse les poser en commentaire à Françoise Peyrard qui se fera un plaisir de te répondre.


Si tu as envie de mieux connaitre Françoise Peyrard , je t'invite à lire son interview en cliquant ici.


Et si tu veux prendre contact, rien de plus simple en cliquant ici tu peux lui envoyer un mail histoiredelartfp@gmail.com ou la retrouver sur Instagram en cliquant là !


Belle journée,

Milie



150 vues

Posts récents

Voir tout
bottom of page